ÉPHÉMÉRIDES – ÇA S’EST PASSÉ UN 11 FÉVRIER


- Samedi 11 février 1989 : la première novillada de la Feria d’Hiver se déroule en nocturne avec une affiche alléchante : les novillos de María Luisa Domínguez y Pérez de Vargas sont défiés par deux apprentis-toreros français – Juan Villaneuva et Bernard Carbuccia « Marsella » – au côté d’une valeur montante espagnole répondant au nom d’Enrique Ponce. Ovationnés à l’issue de leurs premières prestations, Villanueva et Marsella sont amenés à saluer au tiers. Mais c’est le benjamin du cartel qui tire les marrons du feu devant un lot particulièrement brave de la maison Guardiola. Ainsi, le novillero valencian ravit l’unique oreille de la soirée après avoir orchestré une lidia remarquable du 6e exemplaire, porteur du fer des héritiers de Salvador Guardiola Domínguez, « Bailero », n°84, negro zaíno, crédité d’une vuelta posthume fort méritée. Un novillo particulièrement combatif sous le fer du picador français Jacques Monnier, qui sera par ailleurs applaudi à l’issue de sa prestation. Supérieur muleta en main, Ponce conquiert le cœur de l’afición nîmoise et partage son tour de piste avec le mayoral de l’élevage de la maison Guardiola, Luis Saavedra, ainsi que son picador, Jacques Monnier. Une belle première taurine sous la « bulle » des arènes de Nîmes.
 
Enrique Ponce a également connu de grandes heures en qualité de novillero (crédit photo : service de presse d’Enrique Ponce).